“África – Mediterráneo – Europa: por una soberanía y seguridad alimentaria sostenible y compartida”

0
717
Le coq chante . RFI

    C’est le jeudi 1er septembre 2016, que l’Institut de prospective économique du monde méditerranéen (Ipemed), le journal la Tribune, et Bpifrance ont signé un accord de partenariat concernant l’organisation des « petits déjeuners de la Méditerranée et de l’Afrique ». Ces petits déjeuners ont pour objectif d’évoquer l’actualité économique et prospective de la Méditerranée et de l’Afrique, à hauteur de 4 évènements par an. Pour cette séance des Petits Déjeuners de la Méditerranée et de l’Afrique qui a eu lieu à Paris le 4 avril 2017 dernier, le thème c’était «Afrique – Méditerranée – Europe : Pour une souveraineté et une sécurité alimentaires durables et partagées».

La démarche repose sur le concept de verticale Europe-Méditerranée-Afrique. Pour le comprendre, il faut se porter au niveau du globe terrestre. Dans une vision prospective, on pense que l’économie mondiale ne va pas tarder à s’organiser autour de trois verticales. La première constituée des deux Amérique, le deuxième autour d’un pôle Asie avec la Chine et le Japon pour pivot, et un troisième axe Europe, pays de la Méditerranée et Afrique. Il s’agit de promouvoir l’idée que la régionalisation du « quartier d’orange » Afrique-Méditerranée-Europe est une perspective réaliste.
Et dans cette affaire, l’agriculture jouera un rôle clé. Tout simplement parce que l’agriculture et l’agroalimentaire se trouvent à la jonction de plusieurs éléments : santé, économie, environnement, migrations, innovations technologiques, etc. Parce qu’il y a dans cette grande région en devenir une persistance de l’insécurité alimentaire. On a 151 millions de personnes qui se trouvent en situation de sous-nutrition en Afrique sub-saharienne. A cela il fait ajouter les 337 millions de personnes dans la zone Afrique/Moyen-Orient qui n’ont pas accès à l’eau potable. Dans le même temps dans la zone Europe, c’est la suralimentation qui fait des ravages avec ce que les spécialistes appellent les « maladies chroniques d’origine alimentaire (MCOA) ». Ce qui fait de l’agriculture un levier potentiel pour la coopération dans cette verticale Europe-Méditerranée-Afrique.

Invités :

Jean-Louis Guigou, président de l’Institut de prospective économique du monde méditerranéen (Ipemed)
– Jean-Louis Rastoin, professeur honoraire à Montpellier Sup Agro et fondateur de la Chaire en Alimentations du monde
Cosimo Lacirignola, secrétaire général du centre international des hautes études agronomiques méditerranéennes (CIHEAM)
Khaled Igué, directeur des partenariats publics et industriels de OCP international au Maroc et président-fondateur du cercle de réflexions club 2030 Afrique.

 

Production : Sayouba Traoré
Réalisation : Ewa Moszynski

Dejar respuesta

Please enter your comment!
Please enter your name here

Este sitio usa Akismet para reducir el spam. Aprende cómo se procesan los datos de tus comentarios.