Inicio Blog Página 29

«Συνέλευση των Πολιτών της Μεσογείου» για την κατάσταση στο Χαλέπι [Reunión de los Ciudadanos del Mediterráneo por la situación en Alepo]

0

Larissanet.gr

«Συνέλευση των Πολιτών της Μεσογείου» για την κατάσταση στο Χαλέπι

(φωτο αρχείου)

Η κατάσταση στο Χαλέπι απασχόλησε το Ίδρυμα  ACM με τη θέση του να έχει ως εξής:

«Τα μέλη της Συμβουλευτικής Επιτροπής, προερχόμενα, αυτή την φορά από 11 χώρες (Αλβανία, Αλγερία, Γαλλία, Ελλάδα, Ισπανία, Ισραήλ, Ιταλία, Παλαιστίνη, Συρία και Τουρκία) του Ιδρύματος «Συνέλευση των Πολιτών της Μεσογείου» (ΑCM), το οποίο αποτελεί, από το 2009,  μια σημαντικότατη πρωτοβουλία για την ενεργοποίηση μιας πρότυπης κοινωνίας πολιτών στο μεσογειακό χώρο, συναντήθηκαν στη Βαλένσια της Ισπανίας στις 2 και 3 Δεκεμβρίου όπου συνδιαλέχθηκαν αναφορικά με την ανησυχητική κατάσταση στη Μεσόγειο όπου Ειρήνη και Ελευθερίες απειλούνται.

Μετά από έναν πρώτο απολογισμό, υπήρξε σύντομη αναφορά για την κατάσταση σε κάθε Χώρα, όπου διαπιστώθηκε μια επιδείνωση των δεδομένων της πολιτικής, οικονομικής και κοινωνικής κατάστασης. Σε αυτό το σκοτεινό περιβάλλον, ορισμένες μαρτυρίες αλληλεγγύης ανάμεσα σε διαφορετικές κοινότητες και πληθυσμιακές ομάδες, αποτέλεσαν μια νότα ελπίδας.

Σύμφωνα με αυτές τις διαπιστώσεις, η Συμβουλευτική Επιτροπή στηρίζει τη διαδικασία θεσμικής συγκρότησης και τις δυνατότητες δράσεις του Ιδρύματος και ενισχύει τη δημιουργία κύκλων πολιτών στην μεσογειακή επικράτεια.

Η Επιτροπή στηρίζει την διεξαγωγή της 7ης συνάντησης της ACM στο Μαρόκο το 2017 και καλεί στη συμμετοχή των κύκλων που έχουν διαμορφωθεί σε μεσογειακές χώρες.

Η Συμβουλευτική Επιτροπή δηλώνει εκ νέου την προσκόλλησή της στην Μεσογειακή Πολιτειότητα, η οποία σήμερα κινδυνεύει. Καλεί το Ίδρυμα και όσους και όσες συμμερίζονται αυτή την άποψη να πλαισιώσουν τους υπάρχοντες κύκλους ή να δημιουργήσουν νέους.

Παράλληλα εξέδωσε το παρακάτω ψήφισμα για την κατάσταση στο Χαλέπι της Συρίας:

«Χαλέπι, το όνειδος που θριαμβεύει ταρακουνά ελάχιστα την υπνοβασία μας της αδράνειά μας» Συμμεριζόμαστε με πικρία τη διαπίστωση του επίτιμου μέλους του Ιδρύματος ACM φιλοσόφου Edgar Morin.

Στο Χαλέπι εκτυλίσσεται μια τεράστια ανθρωπιστική καταστροφή μέσα σε ένα φρικτό κλίμα σιωπής. Εκτός από τη στρατιωτική επίθεση και τα χτυπήματα κατά αμάχων που προσπαθούν να διαφύγουν, πραγματοποιούνται και εκτελέσεις στις περιοχές που ανακαταλήφθηκαν από το καθεστώς, τους συμμάχους τους και τους παραστρατιωτικούς. Κανένα πλέον νοσοκομείο δεν είναι λειτουργικό, βαρέλια με χλώριο εκτοξεύονται στον αστικό πληθυσμό, ασταμάτητα χτυπήματα από αέρος με φωσφορικές βόμβες διασποράς που προκαλούν δεκάδες θανάτους καθημερινά.

Μια χιλιετής πόλη έχει περικυκλωθεί εδώ και μήνες και αυτή τη στιγμή βρίσκεται στην τελική πτώση μετά το βέτο που επιβλήθηκε από το Συμβούλιο ασφάλειας, με σκοπό να αποτραπεί ένα ψήφισμα που καλούσε σε μια ανθρωπιστική ανακωχή. Το τέλος της μάχης στο Χαλέπι πλησιάζει! Αλλά με ποιο κόστος;

Δεκάδες χιλιάδες κατοίκων κατευθύνονται προς τους δρόμους της εξορίας έχοντας χάσει τα πάντα. Η παγκόσμια σιωπή είναι πρωτοφανής. Η απουσία απτών πολιτικών πράξεων είναι ακατανόητη σε αυτόν τον 21ο αιώνα! «ποτέ πια»: μια φράση που θα ακούμε, ασταμάτητα, μετά από κάθε σφαγή στον δικό μας κόσμο που θα τον χαρακτηρίζει μια ένοχη σιωπή.

Η τόσο εκτεταμένη ανθρωπιστική κρίση αφορά όλους τους πολίτες της Μεσογείου. Οι αγωνιστικές δράσεις της κοινωνίας των πολιτών θα πρέπει να προειδοποιούν να ενημερώνουν και να ασκούν αποτελεσματικές πιέσεις ώστε να σταματήσει αυτή η σφαγή ΤΩΡΑ».

La Fundación ACM participa en el Med Forum 2016 de la FAL, la COP22, la Cumbre CES Euromed y el Diálogo 5+5

0
Red Española de la Fundación Anna Lindh

07/12/2016

Los pasados meses de octubre y noviembre, la Fundación ACM ha participado en cuatro foros internacionales de diversos ámbitos de actividad, además de la Asamblea Anual de la Red Española de la Fundación Anna Lindh (FAL): el Foro Mediterráneo 2016 de la FAL, la XXII Conferencia de las Partes de la Convención Marco de las Naciones Unidas sobre el Cambio Climático (COP22), la Cumbre Euromediterránea 2016 de Consejos Económicos y Sociales e Instituciones Similares (CES-Euromed) y la VI Reunión de Alto Nivel de los Parlamentos de los Estados Miembros del Diálogo 5+5.

El impacto económico del cambio climático en los países del sur del Mediterráneo

0

Publicado en Econostrum.info 12.12.2016.

Entretien avec le Dr. Abeer EL-Shinnawy (FEMISE, American University in Cairo) dans le cadre de la contribution FEMISE & Institut de la Méditerranée au rapport ENERGIES2050 (1) « Les Défis du Changement Climatique en Méditerranée », publié à l’occasion de la conférence internationale COP22 qui a eu lieu à Marrakech, le 15 Novembre 2016

L’impact économique du changement climatique sur les pays du sud de la Méditerranée

Quelle est le degré de vulnérabilité des pays méditerranéens face aux changements climatiques et pour quelle raison ?

Les pays du sud de la Méditerranée sont considérés comme particulièrement vulnérables à l’impact du changement climatique. Ceci est dû principalement à leur position géographique et à leur dépendance vis-à-vis des secteurs sensibles au climat tels que l’agriculture et le tourisme. D’autre part, la montée du niveau de la mer est un danger potentiel pour de millions de personnes vivant dans les zones côtières en Méditerranée. C’est pourquoi il est impératif d’évaluer le coût économique du changement climatique et planifier des mesures d’adaptation.

Vous avez donné l’exemple de l’agriculture et du tourisme, pouvez-vous donner une évaluation des coûts du changement climatique sur ces deux secteurs?

En ce qui concerne l’agriculture, le changement climatique affecte le secteur principalement par son effet sur les rendements des cultures. Par exemple, le rendement du blé pourrait chuter de -5,7% en Tunisie et de -7,3% au Maroc sous l’effet de conditions climatiques changeantes d’ici à 2050. Mais il ne faut pas seulement considérer l’effet du changement climatique local sur l’économie d’un pays donné, mais aussi regarder l’effet du réchauffement climatique sur les rendements mondiaux et son impact sur les prix mondiaux des denrées alimentaires et, à son tour, sur la façon dont cela affecte l’économie locale.

Quant au tourisme, il devrait être négativement affecté par un climat plus chaud. D’ici 2050, on s’attend à ce que la hausse de la température (estimée à +1.9%) diminuerait le tourisme dans les zones côtières du Maroc de -6% en raison de l’absence de politiques d’adaptation (et de -2% en Tunisie).

Mais l’effet le plus dommageable du changement climatique dans la région sera sans doute celui lié à la hausse du niveau de la mer. Dans un tel cas, les villes côtières d’Egypte et de Turquie seront menacées, en particulier Istanbul.

 

Istanbul. Photo C. Garcia

Istanbul. Photo C. Garcia

Les pays méditerranéens peuvent-ils tirer des bénéfices des changements climatiques?

En effet, certains avantages peuvent très bien se concrétiser. L’atténuation du changement climatique peut avoir des avantages locaux qui peuvent à leur tour entraîner une croissance économique plus élevée. Autrement dit, en favorisant ce que l’on appelle la croissance verte, l’atténuation peut mener à des avantages locaux. Il est possible de rendre la croissance plus efficace sur le plan des ressources, plus propre et plus résiliente sans nécessairement la ralentir. À cet égard, il est possible d’identifier plusieurs canaux par lesquels un meilleur environnement naturel pourrait affecter la croissance économique. Ces canaux passent par l’augmentation de la qualité des facteurs de production; une meilleure résilience aux chocs environnementaux; l’augmentation du contenu des emplois et des caractéristiques pro-pauvres de la croissance économique, etc…

Supprimer les subventions à l’énergie

Existe-t-il des exemples spécifiques de secteurs en Méditerranée qui pourraient saisir les opportunités liées au changement climatique?

Les opportunités ne se limitent pas à un secteur particulier, mais la fabrication, les finances et les assurances, la construction et les activités professionnelles, scientifiques et techniques se distinguent. Dans le cas de la fabrication, les produits de soutien à l’agriculture – par exemple les engrais et les pesticides dont la demande est susceptible d’augmenter en raison du changement climatique – et le secteur de la santé offrent des possibilités. Pour le secteur des finances et des assurances, les opportunités se résument à de nouveaux produits et services et au prix des primes d’assurance, car l’assurance permet aux particuliers et aux entreprises de mutualiser les risques. D’autre part, la demande de logements adaptés à la “resilience climatique” stimulerait la croissance du secteur de la construction.

Que peuvent faire les pays méditerranéens pour freiner le changement climatique? Quelles politiques et quelles mesures?

Pour freiner le changement climatique, les pays méditerranéens doivent réduire leurs émissions de GES, en grande partie par la réduction de la consommation de combustibles fossiles. Dans des pays comme l’Égypte, la suppression des subventions à l’énergie pourrait faire partie des politiques visant à atteindre cet objectif.

Que peut-on faire au niveau EuroMed qui n’est pas déjà fait?

De manière générale, les pays méditerranéens doivent se diversifier davantage et ne pas être uniquement dépendants de secteurs sensibles au climat tels que l’agriculture et le tourisme. Plus important encore, ces pays doivent informer leurs citoyens des répercussions du changement climatique afin qu’ils commencent à étudier des possibles mesures d’adaptation. En particulier, et compte tenu de la menace potentielle de la montée du niveau de la mer, les pays pourraient envisager que l’investissement dans les zones côtières soit repoussé. À cet égard, il semblerait que les citoyens ne sont pas conscients de ces problèmes et, dans des pays comme l’Égypte, continuent à effectuer des investissements importants dans des zones potentiellement dangereuses.

Plus important encore, la coopération institutionnelle entre les pays du nord et du sud de la Méditerranée est plus que nécessaire pour mettre en œuvre et appliquer des politiques qui réduiront les émissions de GES. Il est inutile de mentionner que l’absence d’institutions efficaces pour concevoir et mettre en œuvre des politiques de réduction des GES et l’absence de mesures d’adaptation sont considérés comme les obstacles les plus importants auxquels ces pays sont confrontés dans leur combat contre le changement climatique.

Pour en savoir plus sur ce sujet d’actualité, veuillez lire le rapport disponible ici.

[[1] ]ENERGIES2050 est une association française basée à Nice (France). ENERGIES 2050 entend notamment promouvoir et encourager la maîtrise de la demande en énergie : la sobriété énergétique, l’efficacité énergétique et le développement des d’énergies renouvelables. FEMISE et l’Institut de la Méditerranée ont choisi de s’associer à se partenaire important dans le domaine du changement climatique pour avoir une voie supplémentaire pour répondre aux défis de la région EuroMed et atteindre le processus décisionnel.

 

L’équipe Femise

 

Por qué el mundo musulmán se ha convertido en el epicentro del mundo musulmán

0

Article publié dans OrientXXI, le 5 décembre 2016

Le pétrole et les ventes d’armes plutôt que l’islam

Après la chute du mur de Berlin, le 9 novembre 1989, et l’acceptation quelques mois plus tard de la réunification de l’Allemagne par l’URSS finissante, on pensait que la fin de la guerre froide allait advenir et avec elle la fin de tous les conflits. Ce fut une erreur. Ce qu’il est convenu d’appeler le monde musulman allait, dans la douleur, l’apprendre à ses dépens.

Depuis près de quarante ans maintenant, le monde musulman est devenu le foyer de plusieurs conflits particulièrement dévastateurs, mêlant rivalités nationalistes, convoitises néocoloniales ou impérialistes et terrorismes : guerre du Liban (1975-1990) ; guerre Iran-Irak (1980-1988) ; première guerre d’Irak (Opération « Tempête du Désert » 1990) ; guerre « civile » en Algérie (1991-2000) ; guerre d’Afghanistan (depuis 2001) ; seconde guerre d’Irak (depuis 2003). Plus près de nous, avec l’organisation de l’État islamique (OEI) en Irak puis en Syrie, un terrorisme à visée mondiale est désormais à l’œuvre. Enfin, depuis 2011, l’éruption des « printemps arabes » a généré divers conflits dans la région, notamment en Tunisie, en Libye, en Égypte et en Syrie, dont les impacts dévastateurs sur la région du Maghreb, le Proche-Orient et les pays limitrophes de l’Afrique subsaharienne (Mali, Niger, Tchad, Nigeria) sont loin d’être identifiés et encore moins maitrisés.

Pour ces raisons, le monde musulman est devenu l’épicentre des conflits mondiaux. Avec d’autant plus de facilité qu’il reste, plus que jamais, marqué par des divisions et des rivalités historiques qui en font un ensemble plutôt hétéroclite et instable, loin de correspondre à la notion consensuelle de « monde musulman » que ni l’Organisation de la coopération islamique (OCI) sous obédience saoudienne ni la Ligue des États arabes ne réussissent à traduire en termes politiques, économiques ou même religieux. Pour autant, comment expliquer la multiplication et la quasi-permanence de tous ces conflits depuis plus d’un demi-siècle ? L’islam, la religion commune, en serait-elle la cause première comme le martèlent moult « spécialistes » armés de diverses idéologies, dont celle du « choc des civilisations » cher à Samuel Huntington ? Cette hypothèse ne tient guère la route, bien qu’elle continue à être régulièrement assénée. La réalité des conflits est le fruit amer des contradictions terrestres et bien humaines liées aux intérêts politiques, économiques et religieux contradictoires et très anciens.

De la première guerre mondiale au mur de Berlin

Depuis la première guerre mondiale, plusieurs phases expliquent la montée en puissance des conflits dans le monde musulman.

— La première phase a débuté avec la guerre de 1914-1918, qui s’est traduite par un affrontement violent de la Triple-Entente (France, Royaume-Uni, Russie) avec l’empire ottoman, conduisant à son abolition et à son dépeçage. Les grandes lignes de ce partage furent tracées dès 1916 par la signature des accords secrets dits « de Sykes-Picot » entre le Royaume-Uni et la France, avec la bénédiction du pouvoir tsariste de Russie.

— Une seconde phase débuta au même moment, avec l’aboutissement d’autres négociations secrètes menées, depuis des années, par le Royaume-Uni avec des représentants de l’Organisation sioniste mondiale. La Déclaration Balfour de novembre 1917, par laquelle le gouvernement britannique s’engageait à favoriser la création d’un « foyer national juif » sur le territoire de la Palestine, en fut le point d’orgue. Cette phase s’acheva avec la création violente d’un État, Israël, aux origines coloniales avérées, sur le territoire de Palestine en 1948. Elle n’en finit pas d’être un abcès de fixation et une source essentielle de conflits au cœur du monde musulman tout entier.

— La fin de la guerre de 1914-1918 couronnée par la victoire de la Triple-Entente ouvrit une troisième phase, celle de la systématisation du colonialisme franco-anglais à forts relents pétroliers. Elle se traduisit, sous diverses formes (mandats, protectorats et zones d’influence) par la création, la colonisation et la domination de nombreux pays dans le monde musulman, à l’exception de la Turquie, sauvée de la disparition par la Révolution nationale dirigée par Mustafa Kemal, et de l’Iran et l’Arabie saoudite où la politique coloniale s’affirma non pas sous la forme de la domination directe, mais par celle, plus subtile et perverse, des zones d’influence.

— Une quatrième phase, alimentée dès la fin du XIXe siècle par la Nahda1 vit l’éclosion de nombreuses controverses théologiques et politiques afin de résister et de vaincre le colonialisme. Parmi ces nouvelles idées, celles du panislamisme et du panarabisme. Celles-ci durent cependant laisser la place au nationalisme qui conduisit à la décolonisation violente et aux indépendances.

— Une cinquième phase en découla, celle de la domination des régimes autoritaires dans les pays nouvellement indépendants, de l’échec du développement et de la montée de l’islamisme politique sous toutes ses formes. Cette phase a connu son apogée à la fin des années 1970.

— Enfin, une sixième phase débuta dès les années 1980 avec l’avènement de la mondialisation, la chute du mur de Berlin, l’effondrement du bloc soviétique et l’implosion du tiers monde.

Pétrole et vente d’armes

Mais alors, quelles sont les causes fondamentales des conflits qui ont embrasé le monde musulman au cours de ces différentes périodes ? À l’examen, la cause purement religieuse, celle qui sous-tend le « choc des civilisations » n’est guère crédible. Il n’y a pas d’un côté un monde musulman homogène et de l’autre un monde « judéo-chrétien » homogène. Plus objectivement, trois causes principales expliquent cette concentration des conflits dans le monde musulman.

La première, et probablement la plus importante, est constituée par le fait que depuis la première guerre mondiale et jusqu’à nos jours, le monde musulman est devenu le principal bassin énergétique de la planète. Les pays musulmans possèdent à eux seuls plus de 50 % des réserves mondiales prouvées de pétrole, dont près de 16 % pour la seule Arabie saoudite, 10 % pour l’Iran, 9 % pour l’Irak et 6 % pour le Koweït. À cela s’ajoutent les réserves gazières. À eux seuls, l’Iran et le Qatar possèdent un tiers des réserves mondiales prouvées (la Russie dispose de 22 %), notamment grâce à un énorme gisement frontalier des deux pays. Depuis quelques années, une concurrence féroce se déroule autour de trois projets de gazoducs. Les deux premiers (North/South Stream et Nabucco), partant d’Iran ou du Qatar, traverseraient la Syrie, et mettraient face à face, d’un côté Russes et Iraniens associés à Bachar Al-Assad, et de l’autre les États-Unis et le Qatar associés à une Syrie « débarrassée » d’Assad. Le troisième projet, appelé Léviathan, piloté par Israël (qui en a exclu tous les riverains, dont les territoires palestiniens), à partir d’un immense gisement offshore s’étendant tout le long de la côte orientale de Méditerranée de Gaza à la Syrie, aboutirait… à Chypre en passant par le Liban. À l’évidence, c’est toute la question du leadership mondial sur le marché du pétrole et du gaz qui se joue au Proche-Orient. On comprend mieux les implications divergentes et complexes des Russes, des Américains, des Européens, mais aussi des Turcs, des Iraniens, des Saoudiens et des Israéliens dans les conflits.

La seconde cause est liée à l’évolution de la production et de l’utilisation des matériels à usage militaire depuis la fin de la guerre froide. À cause de l’effondrement du bloc soviétique et de la fin de la course aux armements entre l’Est et l’Ouest, les complexes militaro-industriels ont dû changer de stratégie. Le monde musulman est devenu le nouveau lieu d’exploration, de diffusion et d’utilisation des produits de l’industrie de l’armement mondiale — le segment de marché le plus florissant au monde. Les pays occidentaux vendent une quantité d’armes croissante aux différents pays musulmans. Désormais, l’Arabie saoudite est passée devant l’Inde comme premier importateur mondial d’armement ! Pis, lorsque certains pays de la région, comme l’Égypte, n’ont pas les moyens de payer leurs achats, l’Arabie saoudite n’hésite pas à en assurer le financement. Bien entendu, ces achats ne se transforment pas en stocks d’armement, ils suscitent et alimentent régulièrement des conflits aux effets particulièrement dévastateurs. Grâce à cela, l’économie de l’armement ne connait guère la crise et les États-Unis contrôlent plus de 80 % des transactions.

Régimes autoritaires et fantasmes califaux

La troisième cause des conflits provient de l’évolution politique des pays musulmans eux-mêmes. Au lendemain des indépendances, au lieu de promouvoir des politiques soucieuses de démocratie interne, de complémentarité économique et de bon voisinage régional, ils se sont enfermés dans des régimes autoritaires. Ces régimes, en instrumentalisant la religion commune, ont promu des politiques économiques rentières et concurrentielles, générant des rivalités, plus ou moins attisées par les partenaires extérieurs au gré de leurs intérêts géostratégiques. Ceci a favorisé l’émergence de l’islam politique et de sa frange la plus radicale, utilisant le terrorisme.

La crise des nationalismes qui s’en est suivi a fait resurgir de façon fantasmagorique plusieurs projets « califaux » concurrentiels à l’origine de l’expansion de divers conflits : celui de la Turquie qui n’a toujours pas fait le deuil de l’empire ottoman ; celui de l’Iran, qui rêve d’un califat chiite réhabilitant la grandeur de l’empire perse ; celui de l’Arabie saoudite, obnubilée par le retour au califat arabe, mais sous doctrine wahhabite ; celui, enfin, de l’OEI qui, par la terreur, le « djihadisme » et le dogme salafiste takfiriste, tente de promouvoir, selon une horrible parodie, un pseudo-califat originel étendu à toute la planète.

Tout cela, à l’évidence, laisse peu de place à l’expression libre des populations musulmanes, en matière civile et religieuse, et à leur marche commune et pacifique vers le progrès et le développement réel. Au bout du compte, le monde musulman est, depuis longtemps, victime d’un triple piège : celui du dogme religieux ; celui de divers autoritarismes politiques ; celui d’un système capitaliste désormais mondialisé2.

Dans ces conditions, ces conflits récurrents ne pouvaient être autrement que tragiques et destructeurs. Au-delà des immenses dépenses de guerre (plus de 6 000 milliards de dollars pour les deux guerres d’Afghanistan et d’Irak), et du gonflement conséquent des budgets militaires lors de chacun des conflits, des destructions humaines et la dévastation de villes et de régions entières, voire de sociétés, en ont résulté pour le plus grand bénéfice des complexes militaro-industriels. Les marchés financiers ne s’y sont d’ailleurs pas trompés : en 2014, les cinq plus grandes sociétés américaines de l’armement ont vu leur cotation grimper de plus de 19 %, soit plus que les prévisions faites alors par l’index de Standard & Poor’s. Au même moment, sur les marchés internationaux, le pétrole connaissait une brutale (et durable) chute des prix de quelque 150 dollars le baril à 30 ou 40 dollars, plongeant davantage les pays musulmans pétroliers dans la crise.

« Le plus grand charnier de l’après-guerre froide »

Cela s’est aggravé dès 2011 avec l’éruption des « printemps arabes ». Comme une lame de fond, les mouvements de contestation populaire ont conduit au départ de Zine El-Abidine Ben Ali le Tunisien, de Hosni Moubarak l’Égyptien et à la mort, pour le moins suspecte, de Mouammar Kadhafi le Libyen. Pourtant, le mouvement s’est arrêté, sous l’effet d’une répression plus ou moins violente, aux portes des monarchies du Proche-Orient et bascula, en Syrie, dans une tragique guerre civile particulièrement meurtrière. Les mouvements à l’origine des Printemps arabes n’ont pas abouti à une véritable transition démocratique. À l’exception de la Tunisie qui a organisé dans la douleur des élections libres pour une nouvelle Constitution démocratique, puis des législatives et une élection présidentielle intégrant l’islam politique dans un processus démocratique et (relativement) pacifique, partout ailleurs on s’est contenté de faire en sorte que rien ne change. En Égypte, après la destitution et la condamnation du président islamiste élu Mohamed Morsi, on est revenu, après un simulacre d’élection, à un régime autoritaire avec le général Abdel Fattah Al-Sissi. En Libye, malgré l’instauration d’un Conseil national de transition, le pays a sombré dans une instabilité chronique alimentée par des luttes claniques et tribales, notamment après le départ des troupes occidentales. Laissant le champ plus ou moins libre à la prolifération incontrôlée des armements, en Libye et dans les pays voisins, et l’installation de l’OEI au Maghreb, en Afrique subsaharienne et jusqu’au Nigeria, sous la forme d’une nébuleuse de groupuscules lui ayant prêté allégeance et multipliant les actions terroristes. Comme un prélude à de nouvelles interventions militaires étrangères à la région.

Dans ces conditions, le monde musulman, — où les oppositions démocratiques ont été bâillonnées, réprimées et laminées — reste le lieu de rivalités intestines entre divers projets autoritaristes et/ou islamistes concurrentiels que les puissances étrangères soutiennent, combattent ou attisent au gré de leurs intérêts. La région ne pouvait que devenir le plus grand charnier de l’après-guerre froide.

Depuis les années 1980, les différents conflits se sont soldés par plus de trois millions de morts, en très grande majorité musulmans. Des villes entières ont été rayées de la carte dans plusieurs pays, notamment en Syrie et en Irak, et leurs populations anéanties, déplacées ou parties par millions dans des conditions extrêmes se réfugier dans les pays voisins et jusqu’en Europe. L’actualité témoigne, au quotidien, via les médias et autres réseaux satellitaires, de ces tragédies vécues par les hommes, les femmes et les enfants, qui tentent par tous les moyens de fuir cet enfer, par voie terrestre ou maritime, au prix le plus exorbitant qui leur est fixé par les réseaux de passeurs : celui, inestimable, de leur vie. Existe-t-il pour le monde musulman un espoir de sortir de cette spirale infernale enclenchée depuis un siècle ? Bien évidemment oui3, il faudra nénamoins beaucoup de temps, de patience et une mobilisation pacifique de toutes les bonnes volontés soucieuses d’instaurer une paix durable dans la région et de promouvoir la liberté pour tous.

1Mouvement de renaissance arabe moderne, à la fois littéraire, politique, culturelle et religieuse, né à l’époque des contacts avec l’Occident et des grandes réformes promues par l’empire ottoman et les pouvoirs autonomes d’Égypte et de Tunisie. Pour plus de détails sur ce point, voir Smail Goumeziane, L’Islam n’est pas coupable, éd. Non Lieu, 2016  ; p. 159 et suivantes.

2Ibid., p. 175 et suivantes.

3Op. cit., p. 225 et suivantes.

DECLARACIÓN DEL CONSEJO CONSULTIVO DE FACM SOBRE ALEPO

0
Imagen: Médicos del Mundo

“Alepo: la ignominia triunfante apenas sacude nuestro sonambulismo que continuará”. Compartimos con amargura la declaración de Edgar Morin, miembro de honor del Consejo Consultivo de la Fundación ACM.

En Alepo un desastre humanitario de gran envergadura se está desarrollando en un clima de horrible silencio: además de la ofensiva militar y de los civiles en el punto de mira que intentan escapar de los combates, se cometen exacciones en los distritos retomados por el régimen, sus aliados y las milicias. Ya no quedan hospitales en funcionamiento, se arrojan barriles de cloro sobre la población civil, los impactos de bombas fosfóricas y de racimo lanzadas desde los aviones son continuos, provocando decenas de muertos cada día.

Esta ciudad milenaria está sitiada desde hace varios meses y está sucumbiendo tras la imposición del veto en el Consejo de Seguridad que impide la resolución sobre una tregua humanitaria. ¡El final de la batalla de Alepo se acerca! Pero, ¿a qué precio?

Decenas de miles de habitantes marchan hacia las rutas del exilio tras haberlo perdido todo. El silencio del mundo es tremendo. La ausencia de una acción política tangible sorprende en pleno siglo XXI, “Nunca más”: una frase que no dejamos de escuchar después de cada matanza en nuestro universo marcado por la indiferencia cómplice.

Esta enorme crisis humanitaria concierne a todos los ciudadanos y ciudadanas del Mediterráneo. Sus acciones civiles y comprometidas deben alertar, informar y ejercer una presión efectiva sobre las políticas a fin de detener inmediatamente esta matanza.

 Valencia, 03/12/2016

إﻋﻼن اﻟﻤﺠﻠﺲ اﻻﺳﺘﺸﺎري ﻟﻤﺆﺳﺴﺔ ﻣﺠﻠﺲ ﻣﻮاطﻨﻲ وﻣﻮاطﻨﺎت اﻟﻤﺘﻮﺳﻂ

0

ﺑﻠﺪ ﻣﻦ اﻟﻤﺘﻮﺳﻂ ﺑﻤﺪﯾﻨﺔ  ﻓﻠﯿﻨﺴﯿﺎ 11 ﻟﻘﺪ اﺟﺘﻤﻊ  أﻋﻀﺎء وﻋﻀﻮات  اﻟﻤﺠﻠﺲ اﻻﺳﺘﺸﺎري  اﻟﻘﺎدﻣﯿﻦ/ت ﻣﻦ  وﺗﻢ ﻧﻘﺎش اﻟﻮﺿﻌﯿﺔ اﻟﻤﻘﻠﻘﺔ ﺑﺤﻮض اﻟﺒﺤﺮ اﻟﻤﺘﻮﺳﻂ. وﺗﮭﺪﯾﺪ اﻟﺴﻠﻢ 2016 دﺟﻨﺒﺮ 3  و 2 ﺑﺎﺳﺒﺎﻧﯿﺎ،   أﯾﺎم واﻟﺤﺮﯾﺎت  ﺑﺎﻟﻤﻨﻄﻘﺔ                                                                          .

ﻟﻘﺪ اﺳﺘﻌﺮض أﻋﻀﺎء اﻟﻤﺠﻠﺲ اﻻﺳﺘﺸﺎري ﻟﻤﺆﺳﺴﺔ اﻟﻤﺘﻮﺳﻂ   ﺣﺼﯿﻠﺔ   اﻷوﺿﺎع   اﻻﻗﺘﺼﺎدﯾﺔ  واﻟﺴﯿﺎﺳﯿﺔ  واﻻﺟﺘﻤﺎﻋﯿﺔ  اﻟﺘﻲ ﺗﻌﺮف ﺗﺮاﺟﻌﺎ ﻛﺒﯿﺮا  ﺑﺒﻠﺪان اﻟﻤﺘﻮﺳﻂ ، ﻣﻊ اﻟﺘﺄﻛﯿﺪ ﻋﻠﻰ اﻷﻣﻞ اﻟﺬي ﺧﻠﻘﺘﮫ ﻋﻼﻗﺎت  اﻟﺘﻀﺎﻣﻦ ﺑﯿﻦ ﻣﺨﺘﻠﻒ اﻟﺠﻤﺎﻋﺎت  واﻟﺴﺎﻛﻨﺔ

أﻛﺪ اﻟﻤﺠﻠﺲ ﻋﻠﻰ ﺗﺸﺠﯿﻊ ﻧﺴﻖ اﻟﮭﯿﻜﻠﺔ  اﻟﺬي  ﺗﺨﻮﺿﮫ  “ﻣﺆﺳﺴﺔ ﻣﻮاطﻨﻲ وﻣﻮاطﻨﺎت ،ﻧﺘﯿﺠﺔ ھﺬه اﻟﺤﺼﯿﻠﺔ وإﻣﻜﺎﻧﺎت اﻟﻌﻤﻞ اﻟﻤﺘﺎﺣﺔ. اﻟﻰ ﺟﺎﻧﺐ ﺗﻌﺰﯾﺰ أﻧﺸﻄﺔ “ﺣﻠﻘﺎت اﻟﻤﻮاطﻨﯿﻦ ، اﻟﻤﺘﻮﺳﻂ” ﻋﻠﻰ اﻟﻤﺴﺘﻮى اﻟﻘﺎﻧﻮﻧﻲ واﻟﻤﻮاطﻨﺎت” وﺿﻤﺎن اﻧﺘﺸﺎرھﺎ وﺗﻄﻮرھﺎ ﺑﺤﻮض اﻟﻤﺘﻮﺳﻂ

إن اﻟﻤﺠﻠﺲ  اﻻﺳﺘﺸﺎري  ﯾﺪﻋﻢ   ﺗﻨﻈﯿﻢ اﻟﻠﻘﺎء اﻟﺴﺎﺑﻊ “ﻟﻤﺠﻠﺲ ﻣﻮاطﻨﻲ وﻣﻮاطﻨﺎت اﻟﻤﺘﻮﺳﻂ ” ﺑﺎﻟﻤﻐﺮب   وﯾﻨﺎﺷﺪ اﻟﻤﺸﺎرﻛﺔ اﻟﻔﻌﻠﯿﺔ ﻟﺤﻠﻘﺎت ﻣﻮاطﻨﻲ وﻣﻮاطﻨﺎت 2017ﻓﻲ ﻏﻀﻮن ﺳﻨﺔ  اﻟﻤﺘﻮﺳﻂ

إن اﻟﻤﺠﻠﺲ اﻻﺳﺘﺸﺎري  ﯾﺠﺪد ﺗﺄﻛﯿﺪه ﻋﻠﻰ اﻟﺘﺸﺒﺚ  “ﺑﺎﻟﻤﻮاطﻨﺔ  اﻟﻤﺘﻮﺳﻄﯿﺔ” اﻟﺘﻲ ﺗﺘﻌﺮض ﻟﻠﺘﮭﺪﯾﺪ اﻟﻤﺤﻘﻖ وﯾﻨﺎﺷﺪ ﻣﺆﺳﺴﺔ ﻣﻮاطﻨﻲ وﻣﻮاطﻨﺎت اﻟﻤﺘﻮﺳﻂ  وﻛﻞ اﻟﺬﯾﻦ واﻟﻠﻮاﺗﻲ ﯾﺘﻘﺎﺳﻤﻮن/ن ھﺬه اﻟﻤﺒﺎدئ ﻟﻼﻟﺘﺤﺎق “ﺑﺤﻠﻘﺎت اﻟﻤﻮاطﻨﯿﻦ واﻟﻤﻮاطﻨﺎت” ﻓﻲ اﻟﻤﺪن اﻟﻤﺘﻮﺳﻄﯿﺔ أو اﻟﻌﻤﻞ ﻋﻠﻰ ﺗﺄﺳﯿﺲ ﺣﻠﻘﺎت  ﺟﺪﯾﺪة

2016  دﺟﻨﺒﺮ 3 ﻓﻠﯿﻨﺴﯿﺎ 
أﻟﺒﺎﻧﯿﺎ، اﺳﺒﺎﻧﯿﺎ ، اﻟﺠﺰاﺋﺮ ، اﻟﻤﻐﺮب ، اﯾﻄﺎﻟﯿﺎ ، اﻟﯿﻮﻧﺎن ، إﺳﺮاﺋﯿﻞ ، ﺗﺮﻛﯿﺎ ، ﻓﻠﺴﻄﯿﻦ ، ﻓﺮﻧﺴﺎ،  ﺳﻮرﯾﺎ ،

DECLARACIÓN DEL SEGUNDO CONSEJO CONSULTIVO DE LA FUNDACIÓN ACM (Valencia, 3 de diciembre, 2016)

0

Los miembros del Consejo Consultivo, llegados de 11 países∗ del Mediterráneo, reunidos en Valencia (España) los 2 y 3 de diciembre de 2016, han debatido sobre la inquietante situación que vive el Mediterráneo. La paz y las libertades están amenazadas.

Los miembros del Consejo han relatado la situación en sus respectivos países, constatando una degradación de la situación política, económica y social. En este sombrío escenario, testimonios de solidaridad entre las diferentes comunidades y poblaciones, han aportado una nota de esperanza.

El Consejo celebra el proceso de estructuración jurídica de la Fundación ACM (FACM) y sus posibilidades de actuación. Apoya la actividad de los círculos ciudadanos y su desarrollo en todo el entorno mediterráneo.

El Consejo defiende la organización del VII encuentro de la ACM el 2017 en Marruecos, y apela a la participación de los Círculos.

El Consejo consultivo reafirma su compromiso con la ciudadanía mediterránea, en peligro hoy en día: Hace un llamamiento a la Fundación ACM, y a todos aquellos y aquellas que comparten esta posición, a incorporarse a los Círculos existentes o a crear nuevos.

Valencia, 3 de diciembre de 2016

∗Albania, Argélia, España, Francia, Grécia, Israel, Italia, Marruecos, Palestina, Siria, Turquía.

 

La FACM celebra en Valencia su Consejo Consultivo con expertos internacionales sobre Derechos Humanos, desarrollo sostenible y ciudadanía en el Mediterráneo

0

#PorunaComunidaddePueblosdelMediterráneo

FACM, Valencia. 02/12/2016

Expertos de diversos países ribereños del Mediterráneo se reúnen este fin de semana en Valencia para estudiar la situación de la ciudadanía, los derechos humanos y la responsabilidad ambiental en el Mediterráneo. Su encuentro tiene lugar dentro del marco de la celebración del Consejo Consultivo de la Fundación Asamblea de Ciudadanos y Ciudadanas del Mediterráneo (FACM), cuya sede está en Valencia.

Expertos internacionales analizan en Valencia los derechos humanos en los países mediterráneos

0

http://www.eldiario.es/cv/Expertos-internacionales-Valencia-derechos-mediterraneos_0_586542445.html

Fuente: Eldiario.es 02/12/2016

Expertos internacionales analizan en Valencia los derechos humanos en los países mediterráneos

La Fundación Asamblea de Ciudadanos del Mediterráneo celebra en Valencia su Consejo Consultivo con conferencias sobre derechos humanos, desarrollo sostenible y ciudadanía en las sociedades unidas por este mar.

 

Miembros del Consejo Consultivo de la FACM
Miembros del Consejo Consultivo de la FACM

Expertos de diversos países ribereños del Mediterráneo se reúnen este fin de semana en Valencia para estudiar la situación de la ciudadanía, los derechos humanos y la responsabilidad ambiental en el Mediterráneo. Su encuentro tiene lugar dentro del marco de la celebración del Consejo Consultivo de la Fundación Asamblea de Ciudadanos y Ciudadanas del Mediterráneo (FACM), cuya sede está en Valencia.

En su primera sesión que ha tenido lugar este viernes, la FACM ha hecho un repaso al estado de situación en los países mediterráneos haciendo especial hincapié en la cuestión de la seguridad. Entre los asistentes procedentes de países como Siria, Grecia, Turquía, Marruecos, Argelia, Italia, y España entre otros, se encuentra el experto franco-sirio Salam Kawakibi, politólogo, profesor de la Universidad de Ámsterdam y coordinador de la Iniciativa para la Reforma Árabe.

Kawakibi ha indicado que “las imágenes que nos están llegando en estos momentos desde Alepo representan la vergüenza para la sociedad civil europea. Es más que evidente que los gobiernos no quieren hacer nada, pero no entendemos por qué la ciudadanía no se levanta, reacciona y protesta por las muertes indiscriminadas de civiles. Es una pregunta a la que intentaremos dar respuesta en este Consejo”, ha señalado.

“La situación sociopolítica y económica actual en el Mediterráneo tiene un común denominador y es la crisis. Hay un sentimiento de una nueva etapa que se está abriendo en forma de conflictos militares bélicos en el Mediterráneo oriental, y un auge de fuerzas de extrema derecha en el occidental, que ven la crisis de refugiados como un problema de convivencia. El clima general de esta reunión es de preocupación por el futuro que nada tienen que ver con aquellos horizontes de paz y de solidaridad de hace unos años” ha señalado el presidente de la FACM y el ex eurodiputado, Vicent Garcés.

La miembro turca del Consejo Consultivo de la FACM, la investigadora Senior del Centro de Relaciones Transatlánticas de la Universidad John Hopkins, Aylin Ünver Noi, ha incidido en la preocupante situación de la libertad de expresión en Turquía, exacerbada con el agravamiento de la seguridad tras el fallido golpe de estado contra el actual gobierno de Erdogan, así como por los permanentes ataques de diferentes grupos terroristas. “Cortar las relaciones con Turquía no ayudará; está atravesando un momento muy complicado luchando contra varios grupos terroristas, adoptando medidas cada vez más restrictivas tras el fallido golpe y gestionando la crisis de refugiados. Si la UE nos da la espalda, ambos seremos perdedores”, ha afirmado.

La relación entre Israel y Palestina ha sido abordada por los expertos Michel Warschawaski, profesor israelí y presidente del Centro Alternativo de Información de Israel, junto con Hassan Balawi, diplomático y miembro de la misión palestina en Bruselas. “El diálogo existe”, ha manifestado Warschawaski pero es necesario partir de una condición de reconocimiento de la dignidad y del sentimiento de solidaridad”. Por su parte Balawi ha incidido en que para que haya diálogo es necesario que se parta de unas posiciones de igualdad. “Entre un prisionero y su carcelero puede haber conversación, pero no diálogo, y es así como se siente el pueblo palestino”, ha apuntado.

En esta primera sesión del Consejo Consultivo de la FACM han estado presentes expertos como Touria El Oumri, activista feminista marroquí, quién estudia las alternativas de empoderamiento femenino en los países de mayoría islámica del Mediterráneo, en especial, el Magreb, o Nikolaos Poutsiakas, sociólogo griego y Consejero regional de la Región de Tesalia, quien conoce de primera mano la gestión de la crisis de refugiados en los países mediterráneos. Garcés además ha presentado la Declaración por la Transición Agroalimentaria en el Mediterráneo, documento presentado por la FACM, en la última cumbre del clima, COP22, celebrada este mes de noviembre en Marrakech.

La Fundación ACM trabaja activamente para promover los valores democráticos de libertad, paz y el respeto a la diversidad cultural y la responsabilidad ambiental dentro del marco de una comunidad de pueblos del Mediterráneo.

En el año 2008 comenzó su andadura como la Asamblea de Ciudadanos y Ciudadanas del Mediterráneo y el año 2016 se constituyó como Fundación ACM estableciendo su sede en Valencia. Su objetivo fundamental es llevar la palabra y la acción ciudadana común de los pueblos mediterráneos a través del diálogo, la reflexión y la propuesta en el marco de los pueblos mediterráneos.

La FACM celebra en Valencia su Consejo Consultivo

0

http://www.lavanguardia.com/local/valencia/20161202/412349555364/facm-valencia-consejo-consultivo.html

Fuente: La Vanguardia 02/12/2016

La FACM celebra en Valencia su Consejo Consultivo

  • Participan expertos internacionales sobre Derechos Humanos, desarrollo sostenible y ciudadanía en el Mediterráneo
, Valencia

Expertos de diversos países ribereños del Mediterráneo se reúnen este fin de semana en Valencia para estudiar la situación de la ciudadanía, los derechos humanos y la responsabilidad ambiental en el Mediterráneo. Su encuentro tiene lugar dentro del marco de la celebración del Consejo Consultivo de la Fundación Asamblea de Ciudadanos y Ciudadanas del Mediterráneo (FACM), cuya sede está en Valencia.

En su primera sesión que ha tenido lugar este viernes, la FACM ha hecho un repaso al estado de situación en los países mediterráneos haciendo especial hincapié en la cuestión de la seguridad. Entre los asistentes procedentes de países como Siria, Grecia, Turquía, Marruecos, Argelia, Italia, y España entre otros, se encuentra el experto franco-sirio Salam Kawakibi, politólogo, profesor de la Universidad de Ámsterdam y coordinador de la Iniciativa para la Reforma Árabe. Kawakibi ha indicado que “las imágenes que nos están llegando en estos momentos desde Alepo representan la vergüenza para la sociedad civil europea. Es más que evidente que los gobiernos no quieren hacer nada, pero no entendemos por qué la ciudadanía no se levanta, reacciona y protesta por las muertes indiscriminadas de civiles. Es una pregunta a la que intentaremos dar respuesta en este Consejo”, ha señalado.

“La situación sociopolítica y económica actual en el Mediterráneo tiene un común denominador y es la crisis. Hay un sentimiento de una nueva etapa que se está abriendo en forma de conflictos militares bélicos en el Mediterráneo oriental, y un auge de fuerzas de extrema derecha en el occidental, que ven la crisis de refugiados como un problema de convivencia. El clima general de esta reunión es de preocupación por el futuro que nada tienen que ver con aquellos horizontes de paz y de solidaridad de hace unos años” ha señalado el Presidente de la FACM y el ex Eurodiputado Vicent Garcés.

La miembro turca del Consejo Consultivo de la FACM, la investigadora Senior del Centro de Relaciones Transatlánticas de la Universidad John Hopkins, Aylin Ünver Noi, ha incidido en la preocupante situación de la libertad de expresión en Turquía, exacerbada con el agravamiento de la seguridad tras el fallido golpe de estado contra el actual gobierno de Erdogan, así como por los permanentes ataques de diferentes grupos terroristas. “Cortar las relaciones con Turquía como ha anunciado la U.E. no ayudará. Turquía está atravesando un momento muy complicado luchando contra varios grupos terroristas, adoptando medidas cada vez más restrictivas tras el fallido golpe y gestionando la crisis de refugiados. Si la U.E. nos da la espalda, ambos seremos perdedores”, ha afirmado.

La relación entre Israel y Palestina ha sido abordada por los expertos Michel Warschawaski, profesor israelí y presidente del Centro Alternativo de Información de Israel, junto con Hassan Balawi, diplomático y miembro de la misión palestina en Bruselas. “El diálogo existe”, ha manifestado Warschawaski pero es necesario partir de una condición de reconocimiento de la dignidad y del sentimiento de solidaridad”. Por su parte Balawi ha incidido en que para que haya diálogo es necesario que se parta de unas posiciones de igualdad. “Entre un prisionero y su carcelero puede haber conversación, pero no diálogo, y es así como se siente el pueblo palestino”, ha apuntado.

En esta primera sesión del Consejo Consultivo de la FACM han estado presentes expertos como Touria El Oumri, activista feminista marroquí, quién estudia las alternativas de empoderamiento femenino en los países de mayoría islámica del Mediterráneo, en especial, el Magreb, o Nikolaos Poutsiakas, sociólogo griego y Consejero regional de la Región de Tesalia, quien conoce de primera mano la gestión de la crisis de refugiados en los países mediterráneos. Garcés además ha presentado la Declaración por la Transición Agroalimentaria en el Mediterráneo, documento presentado por la FACM, en la última cumbre del clima, COP22, celebrada este mes de noviembre en Marrakech.

La Fundación ACM trabaja activamente para promover los valores democráticos de libertad, paz y el respeto a la diversidad cultural y la responsabilidad ambiental dentro del marco de una comunidad de pueblos del Mediterráneo.

En el año 2008 comenzó su andadura como la Asamblea de Ciudadanos y Ciudadanas del Mediterráneo y el año 2016 se constituyó como Fundación ACM estableciendo su sede en Valencia. Su objetivo fundamental es llevar la palabra y la acción ciudadana común de los pueblos mediterráneos a través del diálogo, la reflexión y la propuesta en el marco de los pueblos mediterráneos. La FACM impulsa la diplomacia ciudadana.