Une feuille de route pour les systèmes alimentaires durables

  • 0
VL Ssotenible 1

Une feuille de route pour les systèmes alimentaires durables

FACM, 21.04.2016

La Fondation ACM participe aux Dialogues pour une Alimentation Durable organisés dans le cadre de València 2017, Capitale Mondiale de l’Alimentation Durable.

Les 20 et 21 avril 2017, València a été l’épicentre des dialogues autour d’une alimentation plus durable. Une des premières initiatives dans le cadre de la capitale mondiale de l’alimentation 2017 a été l’analyse des voies pour accomplir le Pacte de Milan, signé en 2015 par plus d’une centaine de villes pour promouvoir les systèmes alimentaires durables.

Experts, représentants politiques, d’entreprises, associations et de la société civile ont tenté d’esquisser une feuille de route pour établir une alimentation plus équilibrée, juste et en consensus avec les rythmes de production, approvisionnement et consommation au niveau mondial, régional et local.

TALLER 6

Joan Ribó, Maire de València aves Vicent Garcés, Président de la Fondation ACM. Foto: Biel Aliño. El Mundo. 21.04.2017. À: http://www.elmundo.es/comunidad-valenciana/2017/04/21/58f90104e5fdea15678b459b.html

Dans ce sens, les rapporteurs ont défini le bassin méditerranéen comme étant une des zones les plus menacées de la planète. Maurizio Mariani, président du Consortium Risteco et membre du Conseil consultatif de la Fondation ACM a signalé que « nous avons besoin de capitaliser quelque chose pour le futur et nous centrer dans le système méditerranéen d’alimentation qui est très diverse, mais qui requiert d’un compromis d’inclusion sociale, de création d’emploi et d’échange d’opinions avec la rive sud. Pour cela il est fondamental d’impliquer les entreprises régionales et locales, mais avant, d’établir une vision au niveau politique et de la société civile, où le rôle de la Fondation ACM est central comme plateforme d’échange d’opinions pour cette vision de futur. »

Selon le professeur Jean-Louis Rastoin, responsable de la Chair UNESCO pour l’Alimentation du Monde de Montpellier, le premier pas dans cette future feuille de route serait un diagnostic de la situation : « Dans la Méditerranée deux questions parallèles convergent : la suralimentation et l’obésité avec ses dérivations vers de nouvelles maladies comme la diabète 2 dans la rive nord ; et la malnutrition et la faim dans le sud du bassin, puni actuellement par la guerre. Ce diagnostic devrait passer par réaviver la culture de la diète méditerranéenne et mieux la communiquer, pas sous forme de publicité mais d’éducation ».

Ce diaporama nécessite JavaScript.

C’est aussi l’avis de l’ancien premier ministre roumain et ancien commissaire d’agriculture et développement rural de l’Union européenne, l’ingénieur Dacian Cioloș. « Nous avons besoin de réhabiliter la vision publique de l’alimentation. Dans les dernières années c’est une question de marketing et pas un problème social, mais il affecte directement aux consommateurs. C’est la raison pour laquelle les questions de l’alimentation, l’agriculture et la production doivent diminuer des niveaux gouvernementaux aux locaux et de la société civile.

C’est précisément ce qui fait l’objet de travail des mairies qui ont participé dans cette rencontre mondiale à València. Josep Manuel Pérez, Chef de Section d’Agriculture et Vergers de la Mairie de València, signale que « le Pacte de Milan apporte une vision locale des politiques d’impact. Une vision territorialisée. Le changement social doit se concrétiser dans notre environnement et cela doit être fait par les villes, les communes et le gouvernement local. »

Vicente Domingo, Commissionnaire spécial pour les actions de València 2017. Capitale mondiale de l’Alimentation durable, indique qu’il s’est produit un changement de perspective dans les politiques locales et aussi dans la société. « Les maires des villes sont des politiciens pragmatiques qui nécessitent des solutions et des réactions rapides. Ceci convient à cette stratégie parce que ce n’est pas des projets supranationaux mais des mesures urgentes et émergentes dans les quartiers. Et ceci peut faire que des symposiums comme celui-ci soient véritablement productifs parce que ce que nous sommes en train d’exposer sera aussi traité lors du sommet de maires d’octobre ».

Le président de la Fondation assemblée des citoyens et citoyennes de la Méditerranée, Vicent Garcés, explique que « dans le domaine économique, les intérêts qui influencent la prise de décisions de la citoyenneté ne sont pas ceux des citoyens, tels que les droits à l’alimentation et à la production. Le facteur alimentation est considéré actuellement comme un fait qui génère des profits pour le secteur, entre les producteurs et les consommateurs. » La Fondation ACM a présenté dans cet événement la Déclaration pour la Transition Agroalimentaire dans la Méditerranée, en tant qu’un projet d’urgence, avec le soutien de plus de cinquante organisations de la région.

La FAO, Organisation des Nations Unies pour l‘Alimentation, a été présente dans cette réunion et a signalé qu’il n’y a pas de temps à perdre. Guido Santini, coordinateur des programmes d’alimentation dans les villes de la FAO, a signalé que « nous avons besoin d’améliorer les systèmes alimentaires globaux qui existent. On ne peut pas tout produire localement ni tout consommer depuis le local, et il est donc urgent de trouver un équilibre entre le global et le local, deux questions prioritaires pour la FAO. Un premier pas pourrait être que les villes ont plus de voix dans la décision de l’alimentation de leurs citoyens », a indiqué.


Leave a Reply

ÉCOUTEZ

Radio Tram_02

Facebook

Facebook By Weblizar Powered By Weblizar

@Fundacion_ACM

Dernières Newsletter

Newsletter

Subscribe to our mailing list

* indicates required
Email Format

INTRANET