Présentation: Rapport sur l’islamophobie en Espagne 2016

  • 0
Presentación en Valencia del Informe sobre Islamofobia en España 2016

Présentation: Rapport sur l’islamophobie en Espagne 2016

Category : Activités , Nouvelles

FACM/ Red Española de la Fundación Anna Lindh, 26.05.2017

La Fondation Assemblée des Citoyens et Citoyennes de la Méditerrannée (FACM) et la Plateforme Citoyenne contre l’Islamophobie (PCI) ont présenté, le 24 mai dans le Centre Culturel la Nau, les chiffres du Rapport 2016 sur l’Islamophobie en Espagne, réalisé par la PCI. L’évènement a compté avec la collaboration du vice-rectorat de la Culture de l’Université de Valence.

L’évènement, qui s’est déroulé en présence du Directeur Général de l’Agence Valencienne de l’Égalité et la Diversité, José De Lamo, en représentation du Président du Gouvernement de la Région de Valence, a démarré avec la condamnation du terrible attentat de Manchester, ce qui a servi pour lancer un appel à l’unité de la citoyenneté, au refus de se laisser intimider et à lutter contre le terrorisme, les extrémismes, la haine et en défense des droits de l’homme.

Vicent Garcés, Président de la Fondation ACM, a noté que “ce type d’attentats terribles doivent être condamnés et poursuivis car ils cherchent à provoquer la peur et la fragmentation de la population et pour cette raison, depuis la Fondation FACM, nous appelons à la résistence citoyenne contre la haine, le fanatisme, le fondamentalisme et la violence.”

Le communiqué présenté indique que cette année, en Espagne, le nombre d’incidents islamophobes observés a augmenté de 106,12%, par rapport à l’année précédente. On a relevé 573 cas contre femmes, enfants, mosquées, réfugiés et des personnes non musulmanes défendant un discours inclusif et respectant la pluralité. Le communiqué souligne l’aparition en force du discours de la haine. Les cas les plus fréquents sont de typologie offensive comme par exemple des insultes ou calomnies liées à des menaces, peurs et la fausseté de l’information diffusant des contenus islamophobes. Amparo Sánchez, Présidente de la Plateforme Citoyenne contre l’Islamophobie, a noté que “l’islamophobie est polyédrique. Elle s’attaque à des femmes, des enfants, des réfugiés, des institutions de tout type et aussi aux non-musulmans qui visent une société inclusive. Elle s’attaque à la totalité du tissu social”, conclu-t-elle.

La Catalogne, Madrid et l’Andalousie, ont rapporté le plus grand nombre d’incidents. Dans la Région de Valence, avec 30 cas relevés, les incidents ont diminué, cela dû essentiellement au changement qui s’est produit quand aux politiques des institutions publiques. À cet égard, Takwa Rejeb, l’étudiante valencienne dont le cas a créé un précédent pour le respect de la pluralité religieuse dans la sphère éducative, a déclaré: “je n’avais jamais pensé qu’étudier avec un foulard sur les cheveux serait obstacle. Je suis née ici, je suis valencienne, j’ai passé par les différents cycles d’enseignement. À la sortie de l’université, j’ai décidé de faire des études de tourisme et la première journée on m’a interdit de continuer car je porte un foulard. Cette expérience m’a montré qu’il reste encore beaucoup à faire, bien que j’apprécie énormément que mon cas ait été résolu et qu’il ait servi pour qu’il ne s’en produisent de nouveaux”, indique-t-elle.

Le Directeur Général, José de Lamo, a souligné qu’il existe plusieurs instruments légaux pour luter contre le fléau de l’islamophobie, notamment par la Constitution Espagnole et puis à travers le droit international qui protège le droit de porter un foulard. Dans ce contexte, l’administration publique valencienne avait offert la protection juridique à Takwa Rejeb ainsi qu’à toutes les personnes se trouvant dans la même situation. Cependant, elle indiqua qu’il “reste beaucoup à faire dans le chemin de l’inclusivité et du respect de la diversité.”

Vicent Garcés a ajouté que les institutions publiques démocratiques ont une grande responsabilité pour faire valoir les droits et les libertés de la citoyenneté.” Depuis la société civile, il nous appartient d’encourager et d’exiger aux pouvoirs publiques la défense de la liberté, la démocratie et la dignité des personnes, peu importe leur origine, religion et culture”. Il a insisté qu’il ne faut pas confondre l’Islam avec le terrorisme et a cité la phrase du Pape François: “Personne ne doit tuer au nom de Dieu”.

La Docteur en Études Arabes et Islamiques, et membre du conseil d’administration du Centre Culturel Islamique de Valence, Bárbara Ruiz-Bejarano, a indiqué que “nous ne sommes pas face à un problème de religion, mais à des crimes de haine visés par le code pénal, et pour fréner l’augmentation de ce type de crimes, la première étape à suivre est de mettre fin aux préjugés et à la désinformation”.

 

RESUMEN EJECUTIVO

En el año 2016, la Plataforma Ciudadana contra la Islamofobia ha recogido 573 incidentes de islamofobia, distribuidos en los porcentajes siguientes: 14,14% actos contra mujeres y 4,01% contra niños, 12,57% incidentes contra mezquitas, 5,41% contra refugiados, el 6,63% contra personas no musulmanas (En este aspecto, incluso ha aparecido Discurso de Odio Islamófobo contra el Papa Francisco). El aumento con respecto a los incidentes de 2015 es de un 106,12%.

A DESTACAR EN 2016:
Creciente sesgo islamófobo de líderes políticos de partidos de diferentes ideologías.
ISLAMOFOBIA POLÍTICA E INSTITUCIONAL. Además, del papel muy activo de la extrema derecha y de los grupos neonazis, como se observa en sus actos amenazantes y sus campañas incesantes, en las calles, en medios de comunicación y en Internet.

Este año el CRIMEN DE ODIO por motivaciones islamófobas ha incrementado su violencia y agresividad. Se han producido brutales agresiones, que en su máxima expresión han ocasionado la muerte de varios musulmanes. Incluso se ha incrementado la islamofobia contra personas no musulmanas.

Los ATAQUES A MEZQUITAS son un goteo que se repite cada cierto tiempo en distintos puntos de España y con sociologías muy diferentes.
Este incremento de odio y violencia también se ha producido en la ISLAMOFOBIA DE
GÉNERO con graves agresiones a mujeres musulmanas, incluso una embarazada fue pateada en Barcelona. Ha nacido una nueva forma de violencia contra las mujeres musulmanas, quienes se están viendo doblemente atacadas.

Crece considerablemente la proliferación de mensajes islamófobos en Internet, particularmente en las redes sociales. A través de teléfonos móviles y redes sociales realizan una constante campaña contra el Islam, los musulmanes y los refugiados centrada en difundir noticias falsas y en pedir a los destinatarios de estos mensajes, correos o whatsapp que los reenvíen a sus contactos, para crear una cadena de odio constante.

Debido al aumento en intensidad y en gravedad, este año hemos realizado un apartado especial dedicado a la islamofobia en Internet que se adjunta a este informe. CIBERODIO.

Continúa el aumento del DISCURSO DE ODIO islamófobo principalmente por parte de políticos y medios de comunicación afines a la extrema derecha o a la teoría del Choque de
Civilizaciones. En ocasiones, también recurren a discursos populistas e islamófobos medios de comunicación y algunos políticos de partidos y medios no considerados de extrema derecha.

Tampoco podemos obviar el creciente NEGACIONISMO del legado islámico de
España, la manipulación de la historia de Al-Andalus y las Interpretaciones históricas
islamófobas, hace que insistamos en la reivindicación de la recuperación de la
MEMORIA HISTÓRICA ANDALUSÍ, MUDEJAR Y MORISCA
DE ESPAÑA.

Se consolida la islamofobia contra REFUGIADOS. POR COMUNIDADES AUTÓNOMAS: Andalucía, Cataluña y Madrid, precedidas en cuarto lugar por la Comunidad Valenciana, son las comunidades autónomas donde se ha producido mayor número de incidentes de carácter islamófobo.


Leave a Reply

ÉCOUTEZ

Radio Tram_02

Facebook

Facebook By Weblizar Powered By Weblizar

@Fundacion_ACM

Dernières Newsletter

Newsletter

Subscribe to our mailing list

* indicates required
Email Format

INTRANET