Mostra Viva del Mediterrani ferme sa 7ème edition, la plus interculturelle et s’impose comme un festival de référence dans la Méditerranée

0
123

Une nouvelle année, le festival multidisciplinaire qui s’est consolidé comme point de référence des cultures méditerranéennes et modèle à suivre, comment le ‘Sommet des deux Rives’ l’a considéré lors de sa celebration il y a quelques mois à peines à Marseille.

Sous le slogan ‘el mes més mediterrani’ (le mois plus méditerranéen) le publique de la ville de Valence a pu profiter de presque une centaine de spectacles divisés entre l’encontre d’écrivains, atelier de danse, rencontre musicale, les arts visuels, les débats ou les arts scéniques.

La Fondation ACM, en tant que sponsor de l’événement a collaboré sur cette édition à travers des débats sur la jeunesse dans la Méditerranée, mais d’une manière spéciale grace aux cercles ACM d’Alger, Sarajevo, Le Caire, Thessalie ou Palestine.
Le président honoraire de Mostra Viva, Vicent Garcés, a souligné les conflits actuels dans la Méditerranée qui concernet directement les jeunes qui sont obligés de fuir leurs pays d’origine.

Dans le cadre du programme, les migrations et les jeunes de la Méditerranée ont été au centre des débats. La trobada de Música a été ouvert au Teatre El Musical (TEM) avec le spectacle pleine de mysticisme et spiritualité, mené par les derviches du Sufi Ansamble Mesudija, qui ont collaboré avec le fameux chanteur Bosnien Armin Muzaferija et le professeur de l’académie des beaux-arts de Sarajevo Cazim Hadzimejlic. Une proposition du cercle ACM de Sarajevo.

En relation avec les arts visuels, l’exposition ”La mar de ilustradas” a montré l’oeuvre d’artistes visuels et créateurs de 18 pays de la Méditerranée. L’exhibition, realisée avec l’aide de la Fondation Assemblé des Citoyens de la Méditerranée (FACM), est le frut de la recherche et selection de differentes créateures, illustrateures et artistes visuels de la côte méditerranéene, qui a entraîné un ensemble de travails en forme de portfolio qui reflète les differentes manières de concevoir le message graphique depuis le point de vue féminin et sa contextualisation avec l’entourage créatif.

De la même manière, l’exposition ”Harraga, un retornado” de Foued Boutba, a témoigné le drame de la migration dans la Méditerranée à travers les yeux d’un créateur qui a resté plusieurs jours perdu en mer. Une exposition proposé par le cercle ACM d’Alger en collaboration de la FACM.

Le récit a conté avec la participation d’intervention de l’artiste Fayçal Bellatar d’Alger, de Reem El Tayeb du Caire et de Sassa Boulgari, proposé par le circle ACM de Thessalie, pendant que l’encontre d’écrivains a eu des débats avec la participation de 20 écrivains de la région qui ont parlé de l’exil.