Pas de vacances pour le cauchemar syrien

0
23

salam-kawakibiPoint de vue. Par Salam Kawakibi, ancien directeur de l’Institut français du Proche-Orient à Alep.

Les discours onusiens nous annon- cent régulièrement la date limite de la tuerie qui endeuille la Syrie de- puis mars 2011. Cependant, les va- cances sont là et il ne faut pas dé- ranger la quiétude des décideurs de ce monde.
Dès lors, il est presque inutile de rappeler les origines du « cauche- mar syrien » et de répéter à l’envi que c’est l’histoire d’une révolte pacifique réprimée dans le sang et qui a été mi- litarisée avec une volonté explicite de l’avorter.
Il est presque inutile désormais de décrire la lâcheté de ladite « commu- nauté internationale », notamment celle des États-Unis : hormis les beaux discours, le peuple syrien est livré à son sort.
Il est presque tout aussi inutile de souligner que tous les régimes arabes ont œuvré ardemment et par tous les moyens – services de rensei- gnements, armements, diplomaties, etc. – afin de transformer une révolu- tion populaire en catastrophe huma- nitaire, comme pour servir d’exemple à leurs propres populations.
Il est presque inutile ainsi de révéer le rôle destructeur de la Russie, d’énumérer les massacres que son armée a perpétrés contre les civils, violant les conventions internatio- nales sur l’usage des armes inter- dites, telles que les bombes à frag- mentation et au napalm. À cette Rus- sie qui crie victoire devant la souf- france humaine, s’ajoute la complicité de certains élus européens qui félici- tent de temps à autre ces bourreaux, à des fins idéologiques ou lucratives, qu’importe.
Il est presque inutile enfin de signa- ler l’implication iranienne, par l’entre- mise de ses bras armés irakiens, liba- nais et afghans, dans la chaîne dia- bolique des massacres.
Après un long sommeil moral, le réveil s’annonce dur pour les Occi- dentaux : flux de réfugiés et attentats terroristes. Notre conscience s’est contentée d’observer cyniquement et longuement, avec une impuis- sance cuisante, l’arène syrienne où on ne compte plus les morts. Ce que nous avons vécu n’est rien au regard de l’épreuve traversée par cette po- pulation qui a osé se soulever pour sa liberté, après cinquante-quatre ans de tyrannie.
Si la période préélectorale privilé- gie de débattre de questions aussi cruciales que celle du « burkini », en invitant même des intellectuels à considérer que les porteuses sont des « militantes », ce niveau « raffi- né » du débat public marginalise for- tement les sujets « légers » comme celui d’un massacre à ciel ouvert, qui a coûté la vie à plus de 300 000 êtres humains, tout près de notre Europe éclatée.
En revanche, nous n’éprouvons au- cune indécence à rappeler, régulière- ment, les « valeurs européennes », en soutenant le retour de la dictature en Égypte ou en essayant de promou- voir la réintégration d’autres bour- reaux sur la scène internationale. Nos « valeurs » ne deviennent tangibles qu’au moment où nos grandes entre- prises perdent des marchés ou que nos intérêts deviennent menacés. Le soutien implicite de certains par- mi nous à un coup d’État militaire en Turquie ne doit pas étonner les aver- tis, qui se souviennent de l’appui in- conditionnel aux militaires égyptiens, ou de l’alliance rentable avec les mo- narchies pétrolières.
Ces fameuses « valeurs » sont évo- cables seulement au moment où nous traitons par exemple des liber- tés en Turquie, bafouées par le gou- vernement qui ne nous plaît pas. Ain- si, ces « valeurs » ne surgissent qu’au moment de développer un discours islamophobe creusant la fracture au sein de nos propres sociétés.
Durant nos bains de soleil, des bains de sang inondent l’humanité en Syrie.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.